La Tunisie… Vers Quel Chemin?

Tunisie

Notre pays est en train de vivre une situation qui n’est pas du tout stable non seulement sur le niveau politique mais économique, voire social… Surtout avec les élections présidentielles qui vont bientôt venir… Bref le sort du pays n’est pas clair du tout.

►30Minutes|

Selon Mr. Adel Ben Youssef Maître de conférences à l’Université de Nice, le vécu d’aujourd’hui est le résultat de divers facteurs depuis l’année 2011… Le pays a besoin d’une stratégie claire dont les lignes soient consensuelles pour faire face à la triple transition dont elle est confrontée; une transition démographique, une transition politique et une transition technologique.

Selon lui, La démographie est la source de la plupart des mécanismes économiques et les économistes ont la fâcheuse tendance à la sous-estimer ou à l’oublier. La Tunisie est le plus vieux pays du continent Africain. L’âge moyen est de plus de 30 ans. Nous avons ainsi entamé notre transition démographique – malheureusement sans avoir réaliser des taux de croissance à deux chiffres comme dans le cas des pays de l’Asie. La plupart du miracle des pays asiatiques a eu lieu car ces pays ont profité de la transition démographique. Une partie de l’Afrique est en train de faire de même.

La proportion des jeunes est très importante comparativement à celle des plus de 60 ans. Le pays peut croître car la majeure partie de la population est au travail et le fardeau des dettes et de l’éducation est réduit.

N’oublions qu’une grande partie de la jeunesse, cherche à partir en Europe ou ailleurs pour de meilleures opportunités, la pression sur la demande d’emploi va s’accentuer. De nombreux secteurs stratégiques sont en manque de profils.

Au niveau politique, depuis la révolution, la situation est plus au moins déséquilibrée, plusieurs élections ont été organisées et se sont bien déroulées, Une adoption d’une nouvelle constitution en 2014, avec le code des collectivités locales en 2018 et n’oublions pas les élections municipales ont eu lieu enfin après leur report.

Mais, on peut dire quand-même qu’il y a des points positifs au sein de cette transition démocratique, un tiers des élus aux municipales vient de la société civile avec une forte présence des femmes et des jeunes parmi les nouveaux conseillers municipaux, les droits des minorités, aussi avec la décision historique du président de la république concernant l’égalité en héritage entre homme et femme, et l’annulation de la circulaire interdisant aux Tunisiennes de se marier à des non-musulmans… tous ces facteurs ont crée une Tunisie de double face, celle progressiste et une autre conservatrice.

Réagir sur l'article

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom